INFOS
National | De notre correspondant à Tizi Ouzou Malik Boumati | 06-02-2016

Le nouveau président de l’APW consacre sa première sortie au projet

Le stade de Tizi Ouzou risque de connaître un nouveau retard

La première sortie du nouveau président de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) de Tizi Ouzou, Mohamed Klaleche, a été réservée au chantier du stade de 50 000 places, qu’il a visité jeudi dernier à la tête d’une délégation. Cette sortie semble avoir été encouragée par les informations contradictoires qui circulent ces dernières semaines sur le délai de réalisation et la date de la réception du projet. Lors d’une réunion de travail tenue sur le site, le directeur de l’entreprise turque Mapa, qui a repris le projet aux Espagnols de FC Construccion, n’a pas été capable de répondre clairement à la question pourtant claire du président de l’APW concernant l’achèvement des travaux du projet.

Dans son exposé devant les membres de l’APW de Tizi Ouzou, Galip Boyacloglu, le patron de Mapa, a beaucoup insisté sur les difficultés de son entreprise dans l’approvisionnement en tuf et en ciment, qu’il a pu surmonter grâce au concours du wali et du directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya Dahmane Iltache. Mais il subordonne à chaque fois le respect des délais de livraison du projet à la disponibilité de ces matériaux de construction. «Si l’on ne rencontre pas des pénuries chroniques de ciment, nous pouvons livrer le projet en décembre 2016», affirme le partenaire de l’Etrhb-Haddad dans le projet du stade de 50 000 places de Tizi Ouzou.

Une visite dans les travées du stade a accentué le pessimisme ambiant de nombreux membres de la délégation qui accompagnaient le président de l’APW Mohamed Klaleche. «Malgré les assurances du maître d’œuvre, on ne pourra assister à un match de football ici avant le second trimestre 2017», affirment-ils non sans mettre le doigt sur la seconde question du président de l’APW à laquelle le responsable turc n’a pas donné une réponse claire, à savoir si le délai de réalisation concerne le stade uniquement ou tout le complexe. Quand Galip Boyacloglu promet l’achèvement des travaux pour le mois de décembre prochain, il parle du stade ou de tout le complexe, qui compte d’autres infrastructures comme un stade d’athlétisme et un hôtel ?

Il ne répondra pas non plus à cette question et préfère donner certains détails techniques concernant l’opération de fabrication sur site de gradins, qui sera lancée au rythme d’une centaine par jour dès le 15 février prochain. Il parlera aussi de la pose de ces gradins et des charpentes métalliques, fabriquées à Ankara en Turquie, à poser sur chacun des douze bâtiments constituant l’infrastructure. En donnant le détail de l’évolution du projet, le responsable turc affirme qu’un seul bâtiment sur les douze prévus est achevé en matière de béton armé mais promet d’achever un bâtiment par semaine si son entreprise ne rencontre pas de pénuries de matériaux. Et la pose des gradins et des charpentes métalliques se feront au fur et à mesure que le béton armé est achevé sur chaque bâtiment.

Le directeur de la jeunesse et des sports, de son côté, affirme qu’en septembre prochain le béton armé, les gradins et la charpente métallique seront achevés et il restera trois mois pour les équipements tels l’éclairage et les câbles. Le premier responsable du secteur au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou se dit confiant. «Nous serons dans les délais et s’il y a un retard il sera minime, et on pourra réceptionner le projet maximum en janvier 2017», estime Dahmane Iltache qui n’omet pas de signaler que la capacité du stade a été portée à 53 000 places alors que celui de l’athlétisme aura des tribunes de 6 300 places.

Le stade de Tizi Ouzou est un projet qui devait être lancé en 2005 juste après son inscription à l’indicatif de la wilaya, mais il ne connaîtra un début des travaux qu’en 2010 après l’attribution du marché au consortium algéro-espagnol formé par l’Etrhb-Haddad et FC Construccion pour plus de 35 milliards de dinars. Mais des conflits entre les deux partenaires ainsi que le bureau d’études ont considérablement retardé la réception de projet et conduit à une résiliation du contrat avec le partenaire espagnol. Cela fait une année que le nouveau partenaire de l’Etrhb-Haddad a repris le projet qui avance bien en apparence, avec 60% de taux d’avancement pour le projet global et 84% pour le stade de football, selon les estimations données par les responsables du projet. 

M. B.

Réactions (0)