INFOS
Evénements | Par Adel Boucherguine | 19-03-2017

Plaidant pour l’«obligation» de vote, Amara Benyounès soutient :

«La participation est une immunité contre l’ennemi extérieur»

Le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA) Amara Benyounès, a insisté, hier à Alger, sur la nécessité de l’acte de voter en masse le 4 mai prochain à l’occasion des élections législatives. Une participation qui, selon lui, protégera l’Algérie et consolidera les institutions de l’Etat.

Le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA) Amara Benyounès, a insisté, hier à Alger, sur la nécessité de l’acte de voter en masse le 4 mai prochain à l’occasion des élections législatives. Une participation qui, selon lui, protégera l’Algérie et consolidera les institutions de l’Etat. «Une participation massive des Algériens aux élections législatives prochaines donnera de la crédibilité et légitimité à la prochaine Assemblée nationale», a déclaré M. Benyounès qui s’exprimait lors d’une rencontre avec les têtes de listes et cadres de son parti, tenue à la salle Ali- Maâchi de la Safex (Alger). Et par ricochet, enchaîne-t-il, «c’est ce qui donnera légitimité et crédibilité pour le gouvernement qui sera issu de cette élection». Et c’est ainsi, a-t-il ajouté, « que l’exécutif peut entamer des réformes dures mais nécessaires pour la conjoncture du pays». M. Benyounès dit ne pas comprendre les appels au boycott prétextés par la fraude. Or, croit-il savoir, «la meilleure arme pour faire échec à la fraude est justement de participer massivement à l’élection». Et la participation, a-t-il soutenu, est aussi un «message à l’extérieur et aux ennemis de l’Algérie. Elle est l’immunité contre l’ennemi extérieur», sinon, s’est-il adressé dans une interrogation accusatrice aux boycotteurs : «Qu’est-ce que vous allez faire après le 5 mai ? Quelle serait votre alternative ?». « L’ère des coups d’Etat militaires est révolue comme la violence des années 90 est finie», a-t-il lâché. Insistant sur le fait que les Algériens doivent «participer» à l’élection, le secrétaire général du MPA ira jusqu’à plaider «l’obligation de vote !». Il dit ne l’a pas encore la proposer dans son programme mais il le fera dans les prochains jours. «Le vote doit être un devoir national et obligatoire», a-t-il martelé. Une mesure que le parti compte proposer prochainement. Car, a-t-il analysé, «le rejet des élections mène à la rue et cette dernière mène à l’anarchie».

Par ailleurs, les travaux de cette rencontre, qui se sont poursuivis durant toute la journée d’hier à travers un «débat général» sur le déroulement de la campagne électorale, devraient, a-t-il expliqué, déboucher sur une stratégie du parti pour «gagner l’élection». S’adressant ainsi aux têtes de listes de son parti, le président du MPA a insisté sur «la campagne de proximité». « N’attendez pas à ce que les meetings vous rapportent des voix. Les voix, il faut les chercher chez les citoyens», a-t-il dit. Durant cette campagne électorale pour la députation, il a assuré que «le discours du parti sera axé des propositions de réformes que l’Etat doit opérer pour sortir le pays de la crise économique». Car, a-t-il expliqué, «la solution n’est ni islamiste, ni démocrate ni nationaliste. Elle est tout simplement économique». A cet effet, «il y a des règles qui relèvent des sciences économiques et que nous devons appliquer à la lettre».

A. B.

Réactions (0)