INFOS
Culture | Par Rédaction Culturelle | 21-03-2017

Azzedine Mihoubi dénonce les attaques par les idées contre la patrie

La culture et le patrimoine, un ciment pour l’unité nationale

Présidant la cérémonie de baptisation de la bibliothèque de lecture publique d’Aïn Defla du nom du défunt écrivain Hamdane Hadjadji, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a indiqué, dimanche dernier, que le développement fulgurant des moyens de communication a permis de véhiculer des concepts nuisibles sans grande peine, rapporte l’APS.

Présidant la cérémonie de baptisation de la bibliothèque de lecture publique d’Aïn Defla du nom du défunt écrivain Hamdane Hadjadji, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a indiqué, dimanche dernier, que le développement fulgurant des moyens de communication a permis de véhiculer des concepts nuisibles sans grande peine, rapporte l’APS. Le ministre a ainsi soutenu que l’hégémonie des temps modernes ne repose pas sur le recours aux armes pour assujettir les peuples mais prend appui sur certaines idées nuisibles. Ainsi, une idée d’apparence anodine peut se transformer rapidement en un véritable projet pouvant affecter l’unité de la nation si elle progresse dans un environnement qui lui est favorable, a dit en substance M. Mihoubi, signalant que pour contrecarrer les idées malsaines, il est nécessaire de disposer d’un certain nombre d’arguments. Affirmant que la sécurité intérieure du pays n’est pas du ressort exclusif des services de sécurité mais de toutes les forces vives de la nation, il a noté que l’environnement instable caractérisant les pays frontaliers de l’Algérie impose une plus grande vigilance à tout un chacun.

Evoquant le 55e anniversaire du cessez-le feu, le ministre a noté qu’à la faveur de la célébration des dates se rapportant à la glorieuse révolution armée, la jeune génération doit comprendre que le recouvrement de l’indépendance n’a été possible qu’au prix de colossaux sacrifices. D’aucuns soutiennent, mensongèrement, que l’indépendance a été un cadeau offert par le colonisateur, s’est-il exclamé, observant que la révolution algérienne a galvanisé bien des peuples qui s’en sont inspiré pour chasser le colonisateur. Il a, dans ce contexte, rappelé les centaines de milliers de martyrs qui, tel un seul homme, se sont élevés contre la présence de l’occupant sur la terre algérienne, appelant la jeune génération à s’inspirer de leurs sacrifices et de s’armer de science et de savoir dans le combat visant l’édification du pays.

Auparavant, le ministre a procédé à l’inauguration du nouveau siège de la direction de la culture de la wilaya. A la maison de culture Emir-Abdelkader de la ville, M. Mihoubi a donné le coup d’envoi du festival : «Lire en fête», mettant en exergue l’importance de l’acte de lire dans le façonnement de la personnalité des enfants.

A Miliana où il s’est enquis de la cadence des travaux de restauration du mausolée de Sidi Ahmed Benyoucef, le ministre a soutenu qu’à la faveur de sa réfection, cet édifice rayonnera non seulement sur Miliana mais sur la région tout entière. Il a, à cette occasion, mis l’accent sur le fait que les zaouias ont constitué de solides remparts dans la préservation de l’identité et des valeurs nationales durant l’ère coloniale, citant dans la foulée des personnalités qui étaient à l’avant-garde de ce combat. Dans la même ville, Azzedinne Mihoubi s’est par la suite rendu successivement au musée de l’Emir Abdelkader, la manufacture d’armes ainsi qu’à la place Ali Amar, dit «Ali la pointe».

A Khémis Miliana, le ministre a suivi un exposé sur l’étude visant la réfection du cinéma El Kawakib avant de se rendre au projet inhérent à la réalisation d’un théâtre. Le ministre de la Culture a clos sa visite dans la wilaya d’Aïn Defla en se rendant au site archéologique Aqualidaye de Hamma Righa s’inscrivant dans le projet d’aménagement et d’extension de la station thermale.

R. C.

Réactions (0)