INFOS
Brocante | | 25-03-2017

COIN SANTE

Lombalgies chroniques, un traitement révolutionnaire aux corticoïdes permet de réduire de moitié la douleur.

 

Bonne nouvelle pour les millions de personnes qui souffrent de ce mal du siècle, une équipe de chercheurs issus de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), de l’Inserm et de l’université Paris-Descartes est parvenue à réduire la douleur lombaire par deux en un mois.

Comment ? En injectant un anti-inflammatoire (des corticoïdes) dans le disque entre les vertèbres. Un acte médical qui ne prend que trente minutes et est effectué sous anesthésie locale et en ambulatoire.

«La douleur passait de 7,5/10 à 3,5 pendant trois à six mois»

Les chercheurs ont mené leurs travaux auprès de 140 patients atteints d’une inflammation du disque intervertébral lombaire, pathologie que les chercheurs appellent «la discopathie active» (selon l’Inserm, 20% des Français «lombalgiques» en souffriraient).

Bilan : un mois après l’injection, «la douleur était divisée par deux, elle passait de 7,5/10 à 3,5 pendant trois à six mois», a résumé à Ouest-France le professeur François Rannou qui a conduit l’étude publiée dans la sérieuse revue médicale Annals of Internal Medicine.

Des appels des Etats-Unis

«C’est une révolution thérapeutique car aucun traitement n’était capable de diminuer la douleur ! Cela va complètement modifier la prise en charge dans le monde entier. Je commence à recevoir des appels des Etats-Unis», a précisé le professeur.

Avancée majeure dans la prise en charge de la douleur liée à «la discopathie active», cet essai thérapeutique est la conclusion de près de vingt années de recherches. Si le répit est de relative courte durée, les chercheurs soulignent que des infiltrations répétées à plusieurs mois d’intervalle sont possibles et pourraient mettre un coup d’arrêt à l’inflammation. Reste que le traitement doit maintenant obtenir la validation de l’Agence nationale de sécurité du médicament.

 

 

 

 

 

Manger du chocolat le matin serait bon pour le cerveau

 

Si vous aimez le chocolat, vous allez être gaga ! Il semblerait qu’il soit bon pour le cerveau s’il est consommé au petit déjeuner tous les matins. Explications avec le site Fourchette & Bikini.

Manger du chocolat le matin serait bon pour le cerveau

On savait déjà que le chocolat était bourré de vertus et qu’il était bon pour la santé. Bien qu’il s’agisse d’un aliment sucré et calorique, dont la consommation est à contrôler dans le cadre d’un régime alimentaire sain et équilibré, oui, on savait déjà qu’il permettait d'améliorer les performances physiques et de réduire le stress… Mais pas que ! Selon une étude réalisée par les chercheurs de l’université de Syracuse à New York, le chocolat accroîtrait les capacités de notre cerveau et nous rendrait alors en meilleure santé s’il est consommé tous les matins au petit déjeuner.

Booster le cerveau

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques de l’université ont fait appel à 968 personnes âgées de 23 à 98 ans. Ces derniers ont intégré, tous les matins, une part de gâteau au chocolat à leur petit déjeuner habituel. Les chercheurs ont ainsi pu observer les effets qu’avait le chocolat sur leur santé, et plus particulièrement sur leur cerveau. Et les résultats ont été sans appel : les sujets ayant mangé régulièrement du chocolat le matin avaient une meilleure activité cérébrale et de meilleures capacités cognitives au cours de la journée. Ainsi, la consommation de chocolat au petit déjeuner améliorerait les performances du cerveau. Il lui permettrait de mémoriser, détecter, trier et enregistrer plus facilement les informations.

Mais attention, ce résultat n’est valable qu’au petit déjeuner, à cette heure matinale où le corps est dénué d’énergie et a besoin de «carburant» pour bien fonctionner. En effet, le matin est le moment de la journée où le corps convertit les aliments en énergie. Plus tard dans la journée, au cours du déjeuner, du goûter ou du dîner, le corps économise cette énergie apportée par les aliments afin de la transférer en réserve de graisse.

Réactions (0)