INFOS
National | De notre correspondant à Constantine A. Lemili | 05-04-2017

Renouvellement du Parlement

Précampagne électorale : désintérêt des Constantinois

A quelques jours de l’ouverture de la campagne électorale des élections législatives de mai prochain, autant dire que la plus grande, mais toutefois prévisible, vacuité générale a, par rapport à l’évènement considéré, anticipé la probable désaffection des Constantinois.

A quelques jours de l’ouverture de la campagne électorale des élections législatives de mai prochain, autant dire que la plus grande, mais toutefois prévisible, vacuité générale a, par rapport à l’évènement considéré, anticipé la probable désaffection des Constantinois. Le désintérêt des habitants de la ville des ponts, à mesure que se sont déroulées des consultations populaires depuis l’avènement du multipartisme, était en fait dans l’air du temps et lui a donné la réputation d’une cité imprenable pour les partis dit mineurs face à l’hégémonisme des seuls FLN et RND, des formations indéracinables. A un degré moindre, seul le Parti des travailleurs parvient à relever le défi pour «ventiler» ses représentants sur l’ensemble des communes de la wilaya lorsqu’il s’agit d’élections locales et dans la foulée récupérer un, voire deux sièges, au Parlement, mais sans pour autant avoir de poids politique réel, et ce, faisant disposer d’une influence sur les mesures et autres décisions prises par les formations aux commandes à hauteur des institutions locales.

Rappelons néanmoins que sur les douze communes de la wilaya de Constantine, celle du Khroub s’est particularisée en portant en 2012 le Front des forces socialistes à la tête d’une APC historiquement acquise au Front de libération nationale. Cette brèche dans un espace réputé monolithique parce qu’acquis par alternance au parti précédemment cité n’avait en fait étonné que ceux, par trop, habitués à la routine politique la pensaient échoir au Rassemblement ou au Front. Les responsables politiques de ces deux formations négligeant la dimension humaine des autres candidats et plus particulièrement celle du Pr Aberkane, son charisme, sa popularité, son honnêteté morale et intellectuelle, en plus de ses compétences professionnelles. Quoi que toutes ces qualités se sont toutefois émoussées au cours de l’actuel mandat, ce qui laisse augurer la chute prochaine d’une commune dont le FFS voulait faire son bastion et sa rampe de lancement pour l’avenir en confiant pour mai prochain à son actuel secrétaire général la conduite de sa liste au niveau de la wilaya de Constantine. En effet, même s’il est peu évident que le parti du défunt Hocine Aït Ahmed puisse faire de l’ombre au FLN, cela ne l’empêchera pas de le contrarier au même titre que le RND et certainement, eu égard à l’existence d’une base électorale effective, d’avoir au moins plus d’un représentant au Parlement.

Quoiqu’il en soit, s’agissant de la participation populaire à ce rendez-vous du mois de mai et exception faite des militants des partis concernés d’une part et des électeurs d’âge avancé, mais également les femmes, les Constantinois ne vont pas se bousculer aux centres de vote. Les résultats des élections législatives passées (2012) où sur 573 763 inscrits dans les listes électorales seulement 169 370 ont exprimé leurs suffrages en sont le parfait témoignage. Quand moins de 30% font le déplacement, c’est dire l’importance de la démission du potentiel réservoir électoral local alors qu’envoyer au Parlement deux élus avec 9 206 vois (PT) pour et six (FLN) avec 34 061 voix, c’est dire la nature du désaveu autrement exprimé.

Or, cet ensemble d’éléments semble avoir également renseigné les partis notamment parmi les moins implantés politiquement ou les plus insignifiants sur le plan de la représentativité qui ne se sont pas bousculés pour obtenir des listes à Constantine comme en témoigne les 14 formations en lice pour des élections lesquelles, en 2012 en avaient drainé 39. C’est dire ! Ce qui explique d’ailleurs le fait que Constantine est l’une des rares wilayas avec ses communes à avoir le moins attiré les harangueurs de foule, celle où il y au eu le moins de meetings, qui ne se comptent même pas sur les doigts d’une main depuis l’annonce de la tenue de la consultation du mois de mai.

A. L.

Réactions (0)