INFOS
National | Par Ziad Abdelhadi | 18-04-2017

Selon le directeur général de l’ANESRIF

Le dense maillage du réseau ferroviaire va servir à développer l’économie du pays

Le raccordement des ports aux voies de chemin de fer, le maillage du territoire effectué et projeté pour les prochaines années, la modernisation des lignes existantes sont les points phares qu’a développé le directeur général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif), Azzedine Fridi, lors de son passage, hier, au Forum économie du quotidien El Moudjahid.

Le raccordement des ports aux voies de chemin de fer, le maillage du territoire effectué et projeté pour les prochaines années, la modernisation des lignes existantes sont les points phares qu’a développé le directeur général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif), Azzedine Fridi, lors de son passage, hier, au Forum économie du quotidien El Moudjahid. A l’entame de son intervention il a tenu à rappeler au parterre de journalistes qu’en 1999 le linéaire en voies ferrées disponibles ne dépassait pas les 1 700km. «Aujourd’hui le réseau ferroviaire exploitable s’est hissé au niveau de 4 000 après l’achèvement de certains projets, dont la pénétrante de l’Ouest qui va du Sud de Sidi Bel Abbès jusqu'à la ville de Béchar, non sans indiquer au passage que l’Etat a consenti jusqu’ici près de 2 400 milliards pour le développement du rail», a souligné M. Fridi Azzedine. Poursuivant sa présentation le DG de l’Anasrif a tenu à faire savoir qu’une fois réalisé les projets en cours le linéaire ferroviaire s’étalera sur 6 000 km. Et d’ajouter que «dès l’achèvement de tout le programme ferroviaire national, avec notamment tout le maillage du nord du pays, le réseau atteindra les 12 500 km, les vois de services non comprises». Notons que l’invité du Forum a par ailleurs détaillé les grands axes de développement du réseau ferré national lequel, selon le DG, s’articule autour huit axes. Pour le détail l’axe premier concerne la rocade ferroviaire Nord et ses rocades qui s’étale sur 1 250 km dont des travaux de modernisation et de dédoublement sont en cours sur 868 km. «Il est prévu son électrification totale. A ce jour 300km sont déjà réceptionnés : il s’agit des banlieues Est et Ouest de la capitale», a précisé le DG. Le deuxième axe  concerne la rocade ferroviaire des Hauts-Plateaux, «longue de 1 160 km, d’Est (Tébessa) à l’Ouest (Mouley Slissen). Pour l’heure 412 km ont été réalisés alors que les chantiers concernant les 748 km de cette rocade viennent d’être lancés en majeur partie», a expliqué M. Fridi.  Quant aux axes troisième et quatrième, ils concernent respectivement la modernisation des lignes qui vont de Annaba vers les mines de Djebel Onk (588km) et celle qui longe la frontière Ouest (Tabia-Béchar/580km). L’axe cinqième  est celui de la  pénétrante El Gouzi (au nord)- Hassi Messaoud (Sud) longue de 457km qui va desservir les oasis, le pôle pétrolier et la nouvelle ville de Hassi Messaoud avec des trains pouvant rouler à près de 220 km/h. L’axe six  est la pénétrante centre en deux tronçons . Celui reliant la ville de Blida à celle de K’sar El Boukhari sur un linaire de 100 km et le second (290km) de K’sar El Boukhari à Djelfa et Laghouat. La Boucle Sud-est (425km) représente l’axe sept. Elle ira de Laghouat à El Oued en passant par Ouargla, Hassi Messaoud et Touggourt. Selon le DG, les études de cette ligne sont en cours. Dernier axe : la boucle Sud-ouest de 1 500 km. Elle reliera toutes les villes des oasis du Sud-ouest de Ghardaïa à Béchar et une jonction avec Tamanrasset et In Salah. Les études sont en cours selon le DG qui n’a pas voulu donné de date sur le début de réalisation du projet. L’invité du Forum c’est aussi prononcer sur le projet de moderniser les 140 passages à niveau que compte le réseau ferroviaire. «Ils seront des moyens de signalisation modernes pour diminuer le nombre d’accidents enregistrés en ces lieux», a indiqué le DG. Et pour clore, ce dernier a rappelé que toutes les réalisations s’inscrivent dans le cadre de la nouvelle politique de l'Etat en matière de redynamisation d'un secteur des plus stratégiques dans la vie économique et sociale du pays. C’est d’autant plus vrai quand on sait que dans toutes les économies développées, le chemin de fer demeure la colonne vertébrale des transports de marchandises et de voyageurs.

Z. A.

Réactions (0)