INFOS
Evénements | De notre correspondant à Constantine A. Lemili | 19-04-2017

A la deuxième semaine de la campagne électorale

Les Constantinois totalement déconnectés des prochaines élections

A Constantine, au dixième jour de la campagne électorale, les partis politiques en lice, et ils ne sont que 14, peinent à l’extrême à drainer les foules. Comme si c’était dans la seule et réconfortante intention de se donner un brin d’optimisme pour une issue en leur faveur des élections du 4 mai, la majorité, du moins ceux qui réellement activent et s’activent depuis le début de la campagne, a fait le choix de recourir au contact direct avec la population dans ce qu’ils qualifient d’action de proximité.

A Constantine, au dixième jour de la campagne électorale, les partis politiques en lice, et ils ne sont que 14, peinent à l’extrême à drainer les foules. Comme si c’était dans la seule et réconfortante intention de se donner un brin d’optimisme pour une issue en leur faveur des élections du 4 mai, la majorité, du moins ceux qui réellement activent et s’activent depuis le début de la campagne, a fait le choix de recourir au contact direct avec la population dans ce qu’ils qualifient d’action de proximité. Une telle démarche est expliquée par une responsable au sein du FFS comme étant la meilleure pour «toucher» un maximum de personnes et surtout «entretenir, voire confirmer l’intention de vote d’un potentiel électorat en veille et particulièrement indécis pour les élections de cette année». Ce que semble découvrir cette représentante du Front des forces socialistes relève pourtant d’une pratique politique utilisée depuis les élections locales de 2002 par le MRN du temps d’Abdallah Djaballah, et si celui-ci est désormais à la tête d’une autre formation politique, ses collaborateurs directs parmi les plus actifs pour ne pas dire activistes, dont Lakhdar Benkhellaf, ont perpétué la prise de parole directe avec les habitants de la ville des ponts où il conduit la liste d’Ittihad, cet agglomérat de formations constitué de Adala, En-Nahda et Bina. Ils sont d’ailleurs les seuls à être omniprésents quotidiennement là où il leur est permis de mener leur campagne et, question marketing politique, cette alliance ponctuelle donne l’impression d’être la seule à vraiment vouloir marquer l’esprit des Constantinois. En plus de l’action de proximité, des meetings in-door, le parti dispose d’un Van aux couleurs de l’union, les effigies des candidats et forcément le numéro donné au parti. Le bus n’arrête pas de rouler ou de se garer à hauteur des places les plus populaires et populeuses comme dans l’intention d’imprimer une image subliminale indélébile qui amplifiera les chances d’Ittihad le jour «J»

Bien entendu, deux partis politiques donnent la nette impression de ne pas se sentir concernés par ladite élection, il s’agit du FLN et du RND et pour cause leur ancrage réel important, suggéré ou feint. Il parait pour le moins étonnant néanmoins que le Parti des travailleurs ou le Mouvement populaire algérien fassent preuve d’une sorte d’effacement qui ne dit pas son nom, alors même que la formation de Louisa Hanoune a pour habitude «d’arracher» des sièges à Constantine quelle que soit le type de la consultation, alors que celui de Benyounès laissait croire, à chaque fois que celui-ci animait un meeting in-situ, à une montée en puissance même si le Mouvement ne réalise pas de bons résultats dans la ville des ponts.

Ceci étant, telle qu’elle se déroule, cette campagne émet un signal fort quant au «désaveu» populaire prévisible à la date du 4 mai prochain. En témoigne formellement la faiblesse de l’assistance aux meetings in-door et il ne s’agit que de ceux exceptionnellement animés par le premier responsable national du parti concerné, avec parfois si ce n’est toujours le recours aux procédés habituels en pareille occasion : cohortes de militants drainés à partir des communes, voire parfois wilayas limitrophes.

Telle qu’elle est livrée instantanément, cette campagne laisse augurer une majorité d’élus FLN alors que Les RND, PT, Ittihad, et éventuellement MSP, y gagneront ce qui restera de sièges.

A. L.

Réactions (0)