INFOS
Sport | Par Reda Cadi | 20-04-2017

Le nouveau coach des Verts, Lucas Alcaraz :

«L'objectif est de qualifier la sélection à la CAN-2019 et atteindre le dernier carré»

Anticipant sur les polémiques susceptibles d’apparaitre quant à sa désignation à ce poste, le sélectionneur dira qu’il est «conscient qu'un choix ne fait jamais l'unanimité, car les gens voient les choses différemment». Toutefois, il s'engagera à faire de son mieux pour être à la hauteur de ce que «le peuple algérien attend» de lui

Dès le lendemain de son arrivée en Algérie, mardi soir dernier, le nouveau sélectionneur de l'équipe nationale de football, l'Espagnol Lucas Alcaraz, s'est exprimé, hier, pour définir sa mission, ses objectifs et se présenter. «Je me suis engagé pour un contrat de deux années (avec la fédération algérienne de football) avec l'objectif de qualifier la sélection à la CAN-2019 et atteindre le dernier carré de ce tournoi», qui se déroulera au Cameroun, a affirmé le nouveau coach de verts national lors d'un point de presse qu’il a animé au Centre technique national de Sidi Moussa (Alger). Mais il ne compte se limiter à cet objectif et affirme en avoir d’autres à court terme, comme les qualifications au Mondial-2018. «Ce sera difficile, certes, car la situation actuelle de la sélection algérienne est ce qu'elle est. Mais une chose est sûre, nous jouerons chaque match avec l'intention de le gagner», a-t-il assuré.

Les Verts, qui restent sur une élimination sans gloire au premier tour de la dernière Coupe d'Afrique des nations (CAN-2017) au Gabon, connaissent ainsi leur troisième coach en moins d'une année.

Le technicien espagnol dira qu'il compte se déplacer à Oran aujourd’hui pour assister au match MCO-MC Alger comptant pour la mise à jour de la 20e journée du championnat. Alcaraz dirigera son premier match officiel lors du week-end du 9 juin prochain à domicile face au Togo, dans le cadre de la première journée (Gr. D) des qualifications de la CAN-2019.

Au cours de cette rencontre avec la presse sportive, le technicien quinquagénaire, s'est présenté comme «un coach rigoureux» qui «apprend vite» et qui «cherche constamment à produire un meilleur travail». «Je ne me considère pas comme un entraîneur trop dur, mais je ne suis pas trop doux non plus», indiquera-t-il en réponse à la question d’un journaliste qui lui demandait s'il avait «autant de poigne» que le Bosnien Vahid Halilhodzic. Alcaraz précisera qu’il s’astreint à rassembler constamment de nouvelles informations susceptibles de l'aider à «produire un meilleur travail».

Anticipant sur les polémiques susceptibles d’apparaitre quant à sa désignation à ce poste, le sélectionneur dira qu’il est «conscient qu'un choix ne fait jamais l'unanimité, car les gens voient les choses différemment». Toutefois, il s'engagera à faire de son mieux pour être à la hauteur de ce que «le peuple algérien attend» de lui. «J'ai réussi à convaincre le président de la FAF de me confier cette tâche, et j'espère qu'avec le temps, je parviendrai à convaincre d'autres personnes, à travers mon travail et mes résultats», ajoutera-t-il. «Lorsque j'ai dirigé mon premier club de 2e division, je n'avais pas beaucoup d'expérience dans ce palier, et c'était la même chose lorsque j'ai pris mon premier club de première division, puis mon premier club étranger. Mais j'ai appris à chaque fois et je suis devenu meilleur avec le temps. Je reconnais que prendre les destinées de la sélection algérienne est, pour l'heure, le plus gros défi de ma carrière, mais comme cela a été précédemment le cas, j'espère apprendre vite, pour être à la hauteur», affirme Alcaraz.

Le nouveau sélectionneur va travailler avec deux collaborateurs espagnols, l’adjoint Jesus Canadas et le préparateur physique Miguel Angel Campos, alors qu'un second adjoint algérien et un entraîneur des gardiens local seront désignés dans les prochains jours.

R. C./APS

Réactions (0)