INFOS
Culture | Par Kamel Amghar | 20-04-2017

Médaille du mérite national décernée à une trentaine d'intellectuels

Démultiplier ce geste à l'infini pour remettre le génie sur son piédestal

Le meilleur hommage que l'on puisse rendre à un génie consiste à populariser l'inestimable fruit de sa pensée et à produire l'effet bénéfique escompté sur l'individu et le collectif. La réussite reprendra, ce jour là, sa pleine signification. La socialisation de la culture et des arts, dans son sens le plus large, passe par là. Et, cela n'est pas l'œuvre exclusive du Chef de l'Etat, ou du ministre de la Culture, mais de tout un chacun. L'enseignant se doit d'encourager son élève le plus persévérant. Le père, à la maison, doit aussi récompenser son enfant le plus méritant. Dans le quartier, le citoyen modèle ouvre aussi droit à la considération de ses voisins, à l'université, à l'usine et ainsi de suite à tous les niveaux. L'objectif premier des prix, des trophées et des médailles consiste à créer cette saine émulation, à hisser les belles choses sur un piédestal, à tirer son chapeau et à s'émerveiller devant la beauté. L'artiste et l'intellectuel auront ainsi l'aura et le succès matériel qu'ils méritent et nous serons, à tous, infiniment plus utiles dans notre vie de tous les instants. C'est ainsi que se forment les sociétés instruites, cultivées, émancipées et organisées. Cela constitue le seul et unique fondement les nations avancées.

Le président de la République vient de décerner la médaille de l'Ordre du mérite national à une trentaine d'intellectuels et d'artistes talentueux, en reconnaissance à leurs œuvres respectives au service du pays et de l'humanité, toute entière. L'heureuse décision a réjouit tout l'intelligentsia et l'ensemble des Algériens, fiers et jaloux de leur culture et de leur patrimoine civilisationnel. Les médias annoncent d'autres distinctions et d'autres décorations similaires au profit des hommes de culture, de science et du savoir. Cette louable démarche tranche avec les us et coutumes du pouvoir politique qui, jusque-là, ne s'est que très rarement distingué par de tels hommages - bien mérités, doit-on souligner - rendus aux meilleurs parmi nous. Faut-il rappeler que toutes ces icônes artistiques et tous ces penseurs éclairés ont porté très haut le nom et les couleurs de l'Algérie. Bien plus haut que les sportifs qui ont, bien entendu, toute notre estime.

Il convient d'en faire, désormais, une saine tradition pour saluer le génie créateur et promouvoir la pensée positive et émancipatrice. On se plaint constamment du peu de considération réservée à l'éthique, au savoir et aux belles choses dans notre société d'aujourd'hui. Il s'agit, en effet, d'une tare très dangereuse qui mène droit vers le repli, la régression et la faillite. L'élite intellectuelle, qui se penche sur les soucis de la société et ses défis dans le détail le plus infime, mérite le respect et les honneurs de la nation toute entière, en ce sens qu'elle lui dégage les bonnes alternatives et participe à la sauvegarde de ce qu'elle recèle de plus précieux.

Pour cette raison, le geste éloquent du président de la République doit se démultiplier à tous les échelons pour rendre grâce aux créateurs et aux bosseurs. A l'école comme dans la ville ou au village, on doit, tous, réapprendre à célébrer les bonnes œuvres et les belles actions. C'est ainsi seulement qu'on se remettra à rivaliser d'ingéniosité, de probité, d'instruction et d'innovation au service du développement réel et de l'émancipation sociale. Alors, les gens, sous l'impulsion de l'émulation, se lanceront amicalement des défis pour solutionner les problèmes qui se posent avec insistance à la collectivité, au lieu de s'amuser petitement à celui qui acquerra  le smartphone le plus performant ou la voiture la plus chère. Il s'agit, au bout du compte, de remettre l'intelligence et l'effort au dessus de toutes ces mesquineries qui nous occupent un peu trop aujourd'hui. Tôt ou tard, cette réalité prévaudra. Autant agir dès lors pour le salut de tous.

Quand cette belle espérance se réalisera enfin, les artistes, les intellectuels, les penseurs, les scientifiques, les créateurs et les inventeurs seront incontestablement aux premières loges, et ils seront autant de bons exemples et de références pour nos jeunes et nos enfants. Leurs œuvres auront tout le succès qu'elles méritent et seront largement diffusées et commentées. Car, le meilleur hommage que l'on puisse rendre à un génie consiste à populariser l'inestimable fruit de sa pensée et à produire l'effet bénéfique escompté sur l'individu et le collectif. La réussite reprendra, ce jour là, sa pleine signification. La socialisation de la culture et des arts, dans son sens le plus large, passe par là. Et, cela n'est pas l'œuvre exclusive du chef de l'Etat ou du ministre de la Culture, mais de tout un chacun. L'enseignant se doit d'encourager son élève le plus persévérant. Le père, à la maison, doit aussi récompenser son enfant le plus méritant. Dans le quartier, le citoyen modèle ouvre aussi droit à la considération de ses voisins, à l'université, à l'usine et ainsi de suite à tous les niveaux. L'objectif premier des prix, des trophées et des médailles consiste à créer cette saine émulation, à hisser les belles choses sur un piédestal, à tirer son chapeau et à s'émerveiller devant la beauté. L'artiste et l'intellectuel auront ainsi l'aura et le succès matériel qu'ils méritent et nous serons, à tous, infiniment plus utiles dans notre vie de tous les instants. C'est ainsi que se forment les sociétés instruites, cultivées, émancipées et organisées. Cela constitue le seul et unique fondement les nations avancées.

K. A.             

Réactions (0)