INFOS
Régions | | 20-04-2017

Adrar : Dar El-Fellah, un espace régional projeté pour accompagner les  agriculteurs 

Le projet Dar El-Fellah (Maison de l’agriculteur), qui sera implanté dans la wilaya d’Adrar, constituera un  espace, premier du genre au Sud, destiné à l’accompagnement des  agriculteurs, a indiqué hier le directeur de la Caisse régionale de la  mutualité agricole (Crma) d’Adrar. Projetée sur une superficie de trois hectares, dans la zone d’Oued  Ezzine (Nord d’Adrar), cette structure, à lancer avant la fin de l’année en  cours, s’assigne comme objectifs la mise en oeuvre d’approches en matière  d’accompagnement des fellahs, à travers leur formation,  financement, la vulgarisation et l’orientation technique, a précisé M. Hadj Cherif Mohamed  Amine. Dar El-fellah, qui couvrira les wilayas du Sud, accueillera plusieurs  services et structures ayant un lien avec les activités agricoles, dont  l’ouverture d’un guichet unique regroupant les représentants de différents  services pour améliorer le service public et le rapprocher de  l’agriculteur, a-t-il expliqué. Retenue dans le cadre de la stratégie du Cnma, elle prévoit également l’ouverture d’un service d’assurances, d’une banque de financement des  projets agricoles, d’un centre de formation dans la production agricole,  dans ses volets végétal et animal. L’ouverture d’une unité de traitement vétérinaire, d’un laboratoire, de  chambres froides, font partie des structures projetées dans le cadre de Dar-El-Fellah, appelée à fournir les différentes prestations logistiques agricoles. Le même responsable de la Crma d’Adrar a, dans ce cadre, fait part du  lancement du programme Assurances Thika, un pack d’assurances ciblant les  petits agriculteurs et éleveurs, pour la couverture des risques agricoles  encourus par les exploitations agricoles versées dans les segments de la  céréaliculture et l’élevage. Cette démarche, qui fera objet de rencontres de sensibilisation en  direction des agriculteurs de la région, vise la protection des petits  agriculteurs et des activités agricoles familiales, notamment au niveau des  villages et des ksour, selon la même source.

Réactions (0)