INFOS
Evénements | Par Hasna Yacoub | 20-04-2017

Deuxième session des consultations bilatérales sur la sécurité et la lutte antiterroriste

L’Algérie et la Russie évoquent la nécessité d’une coopération soutenue pour faire face au terrorisme

Les travaux de la deuxième session des consultations bilatérales sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme qui se sont tenus mardi dernier à Alger, ont permis aux deux pays de relever une «grande convergence» de leurs positions respectives sur les  conflits et crises qui persistent dans la région, en particulier les  derniers développements intervenus en Libye, en Syrie, au Mali, au Sahel et au Sahara occidental.

Les travaux de la deuxième session des consultations bilatérales sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme qui se sont tenus mardi dernier à Alger, ont permis aux deux pays de relever une «grande convergence» de leurs positions respectives sur les  conflits et crises qui persistent dans la région, en particulier les  derniers développements intervenus en Libye, en Syrie, au Mali, au Sahel et au Sahara occidental. Mais aussi sur la question de la lutte contre le cyber-terrorisme et la  cybercriminalité ainsi que de la connexion entre le terrorisme et le crime  organisé transnational. Les deux délégations étaient dirigées respectivement par M. Abdelkader  Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la  Ligue des Etats arabes, et par M. Venediktov Alexandre, représentant le Conseil national de sécurité de la Fédération de Russie. Les deux parties ont exprimé leur «attachement à la  solution des crises et conflits par la voie du dialogue, de la négociation et de la réconciliation nationale sans ingérence extérieure».  La délégation russe a, à cet égard, rendu hommage aux «efforts louables» que l’Algérie déploie en direction de son voisinage immédiat, notamment en  Libye, en faveur de «l’avènement d’une solution politique négociée par les  Libyens eux-mêmes, fondée sur le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de ce pays et sur la cohésion de son peuple», a souligné un communiqué du ministère des Affaires étrangères, repris par l’APS. Les deux délégations ont relevé à cette occasion, «l’aggravation de la menace terroriste aux plans régional et international, y compris le  cyber-terrorisme et la cybercriminalité, et leur jonction avérée avec le crime organisé transnational». «Tout en se félicitant de la qualité de la coordination aux plans  bilatéral et multilatéral dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, notamment au sein des Nations unies et du Forum  global de lutte contre le terrorisme (Gctf), elles ont exprimé leur vive préoccupation quant aux menaces que représentent les combattants  terroristes étrangers sur la sécurité et la stabilité des Etats et pour la  paix et la sécurité internationales. Elles ont, à cet égard, mis en exergue la nécessité d’une coopération régionale et internationale soutenue pour y faire face», a ajouté le communiqué du MAE. La partie algérienne a, à cet égard, salué les «efforts que consent la  Fédération de Russie dans la lutte contre le terrorisme et sa contribution au combat que livre la communauté internationale à ce fléau». Les deux parties ont convenu de poursuivre et d’approfondir ces  consultations bilatérales, a relevé la même source. A rappeler enfin que les consultations bilatérales sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme ont été instituées en 2016 entre l'Algérie et la Fédération de Russie.

H. Y./APS

Encadré

 

Le visa simplifié pour Vladivostok vise à booster l'économie dans  l'Extrême-Orient russe

La procédure de simplification du visa d'entrée en Russie à partir de Vladivostok (9 000 km de Moscou) vise à booster l'économie et le tourisme dans la région de l'Extrême-Orient, a indiqué le  gouvernement russe, sans préciser si le visiteur pourra se déplacer ensuite dans d'autres villes du pays. Cette mesure approuvée par le Premier ministre Dmitry Medvedev stipule que  les citoyens de 18 pays dont l'Algérie «bénéficieront de procédures  simplifiées lors de l'obtention de visas (ndlr, visa électronique) jusqu'à 30 jours avec une période de séjour en Fédération de Russie n'excédant pas huit jours». Le document publié sur le site du gouvernement russe ne précise pas si le détenteur du visa électronique pourra visiter, durant son séjour, d'autres  villes russes. Cependant, l'agence de presse Sputnik indique que les étrangers ne pourront se déplacer que dans la région de leur arrivée en Extrême-Orient  russe, à savoir «les territoires du Primorié et de Khabarovsk, dans la  région de Sakhaline, dans le district de Tchoukotka et au Kamtchatka». Les 17 autres pays concernés par cette mesure outre l'Algérie sont :  Bahreïn, Brunei, Inde, Iran, Qatar, Chine, Corée du Nord, Koweït, Maroc, Mexique, Emirats arabes, Oman, Arabie saoudite, Singapore, Tunisie, Turquie  et Japon.

Réactions (0)