INFOS
Sport | Par Malik Boumati | 30-04-2017

L’assemblée générale élective aura lieu dans deux semaines

COA : une nouvelle équipe pour un nouveau départ

Quelques petites semaines à peine après la page tournée de la Fédération algérienne de football et son président Mohamed Raouraoua, les sportifs et les amoureux du sport en Algérie pourraient tourner une autre page d’ici deux semaines, en l’occurrence celle du Comité olympique algérien (COA) et son président Mustapha Berraf.

Quelques petites semaines à peine après la page tournée de la Fédération algérienne de football et son président Mohamed Raouraoua, les sportifs et les amoureux du sport en Algérie pourraient tourner une autre page d’ici deux semaines, en l’occurrence celle du Comité olympique algérien (COA) et son président Mustapha Berraf. L’Assemblée générale élective devrait avoir lieu dans deux semaines environ et Berraf ne s’est pas encore prononcé sur sa candidature pour un nouveau mandat à la tête de cette instance, comme l’a fait avant lui Raouraoua qui a longtemps maintenu le  suspens sur sa candidature. Beaucoup de similitudes donc qui laissent présager le même cheminement et le même aboutissement, c’est-à-dire que Berraf finira par rejoindre la porte de sortie pour laisser place à quelqu’un d’autre. Quelqu’un de plus jeune, plus dynamique, plus engagé et pourquoi pas plus compétent.

Cette hypothèse est très plausible dans la mesure où le bilan ne joue pas en faveur de la direction sortante du Comité olympique. Mais aussi parce que les pouvoirs publics ont fait comprendre aux dirigeants du COA qu’ils étaient indésirables et qu’ils devraient penser à céder leurs places au sein de la représentation nationale de l’olympisme. Et c’est le ministre de la Jeunesse et des Sports lui-même, El Hadi Ould Ali, qui a signifié aux membres du bureau du COA que leur rapport avec les finances du Comité olympique n’était pas très «transparent», particulièrement lors de la participation algérienne aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016, qui a vu de graves accusations émaner de certains athlètes de haut niveau à l’encontre des dirigeants du Comité olympique et plus précisément aux responsables de la délégation qui les avaient dirigés vers le Brésil.

Les Algériens n’ont pas la mémoire courte. La désillusion est toujours difficile à supporter. Autant la joie et la fierté sont là quand les différents athlètes et les différentes équipes nationales se qualifient aux prestigieux Jeux olympiques, autant la désillusion et la colère sont grandes quand la participation des couleurs nationales se transforme en d’énormes scandales sportifs et autres. C’est entrer par la grande porte et sortir par la petite porte avec tout ce qui pourrait être considéré comme une atteinte à l’égo des Algériens. C’est suffisant pour tout Algérien jaloux pour sa patrie de réclamer un changement radical non seulement dans la composante de la direction du Comité olympique algérien mais aussi dans la philosophie de l’action des dirigeants qui sortiront de l’AGE dont la tenue est programmée dans une quinzaine de jours.

Il est vraiment temps que le Comité olympique algérien soit dirigé par des compétences capables de faire retentir l’hymne national dans les différents pays du monde. L’Algérien n’accepte plus aucun prétexte quand il s’agit d’une participation internationale précédée par un tapage euphorique et qui se termine par de piètres résultats. Aujourd’hui, El Hadi Ould Ali semble avoir sifflé la fin de la partie pour Mustapha Berraf et ses camarades, même si l’Etat est en train de prendre des risques en s’immisçant dans les affaires des instances sportives. Le Comité olympique algérien doit vite tourner la page et entamer les réformes nécessaires pour un nouveau départ. Le sport algérien en a grandement besoin.

M. B.

Réactions (0)