INFOS
Sport | Par A. Lemili | 06-06-2017

Match amical Algérie  - Guinée

Prélude d’un baptême de feu pour Alcaraz

Un internaute annonce la couleur en publiant sur un site spécialisé «Allez l’Algérie, il faut revenir à votre niveau de la CDM 2014… et ça commence par un bon coach, une bonne fédé… peu importe le temps qu’il faudra… du moment qu’il y a un résultat au bout». Or, temps et résultat immédiat ont de tout temps étaient incompatibles dans les relations Verts-médias-public

 

Match couperet que cette confrontation des Verts contre les Guinéens. Match couperet non pas pour les protagonistes sur le terrain mais plutôt pour le nouveau driver de la sélection nationale algérienne dont c’est le baptême de feu depuis sa prise de fonction. Match couperet enfin compte tenu forcément de la nature même de la brochette d’éléments nouveaux convoqués pour cette rencontre et par voie de conséquence un choix qui, comme d’habitude n’a pas manqué de faire tiquer, voire même jaser la rue. Il serait superflu de s’attarder sur les détails précis qui «justifieraient» la réaction populaire évoquée mais il n’en demeure pas qu’il y a quelque part une certaine légitimité en ce sens. De toutes les manières, il ne s’agit là que d’un match amical et c’est justement fait pour ça rétorquera n’importe quel technicien. En somme au cours de cette rencontre face aux Guinéens, Lucas Alcaraz, d’une part, va mettre en pratique la somme d’informations recueillies, de contacts pris avec les footballeurs évoluant dans les championnats européens, de séquences vidéos regardées, de matchs de championnat national auxquels il a assisté et bien entendu de ce qu’il aura retenu du regroupement de la sélection nationale à Sidi Moussa pour lancer aujourd’hui au stade Mustapha-Tchaker un onze-prototype.

La formation dirigée par Lappé Bangoura n’est pas un foudre de guerre mais pourrait effectivement présenter, en raison de son jeu et des similitudes qui existeraient avec celui du Togo, un non négligeable test pour les Verts à quelques jours d’une autre rencontre, celle-ci officielle parce qu’entrant dans le cadre des éliminatoires de la CAN. Par ailleurs, contre les Verts les Guinéens disposent d’une formidable opportunité de préparer dans les meilleures conditions leur confrontation, inscrite également dans le même cadre (CAN-2019) face à la Côte d’Ivoire.

Contrairement à son homologue guinéen qui est en activité depuis presque deux années à la tête du Syli national, pour son premier test Lucas Alcaraz lequel, pour ne pas bien connaître encore son effectif mais aussi et surtout les nouveaux sélectionnés auxquels il a fait appel, devra faire d’entrée de jeu choix le bon choix en intégrant onze joueurs à même de prendre instantanément à leur charge la rencontre et par voie de conséquence imposer le leur (jeu) au risque de douter au cas où leurs adversaires se montreraient plus conquérants.

Il semble clair que de ces premiers pas avec les Verts dépendront les conditions de sa cohabitation   avec la sélection nationale, le public et surtout les médias dont il n’est nul besoin de revenir sur une adhésion ou un rejet qui ne dépendront pas que du résultat final, même si celui-ci est à l’avantage des Verts, mais également de la manière d’évoluer, de la qualité du football fourni. Ce qui, quelque part, n’est pas dénué de bon sens en raison justement de la… qualité des footballeurs algériens.

En ce sens, un internaute annonce la couleur en publiant sur un site spécialisé «Allez l’Algérie, il faut revenir à votre niveau de la CDM 2014… et ça commence par un bon coach, une bonne fédé… peu importe le temps qu’il faudra» sauf que ce supporteur qui s’auto-attribue la patience n’en demande pas moins «… du moment qu’il y a un résultat au bout». Or, temps et résultat immédiat ont de tout temps étaient incompatibles dans les relations Verts/Médias/Public.

Soulignons enfin que le Syli national a profité durant le mois de mars des dates Fifa pour disputer deux rencontres amicales face au Gabon (2-2) et le Cameroun (2-1) au moment où la sélection algérienne a fait relâche pour cause d’indisponibilité d’entraîneur suite au départ de G.  Leekens.

En outre, les Guinéens vont énormément s’investir dans la rencontre qui les opposera aux Verts en vue du match à l’issue très importante qu’ils disputeront quatre journées plus tard contre les «Eléphants» en Côte d’Ivoire même.

Rarement, et en raison vraisemblablement de ses nombreuses «inconnues» une sortie de la sélection nationale algérienne n’a été aussi attendue que celle d’aujourd’hui. Quelle sera a posteriori la réaction du public ? Les supporteurs de l’EN laisseront-ils du temps au temps ? Les médias seront-ils plus conciliants pour cette rencontre et ne jugeront que sur pièces c’est-à-dire à l’issue du match Algérie-Togo ? En fait, une victoire contre les Guinéens éliminerait de fait tous ces questionnements ou les diffèreraient après Algérie-Togo toujours.

A. L.

Réactions (0)