INFOS
National | Par Ziad Abdelhadi | 14-06-2017

Le ministre appelle toutes les wilayas à redoubler d’effort

Les deux millions d’hectares irrigués doivent être atteints

Toutes les wilayas du pays sont appelés à redoubler d’effort pour atteindre l’objectif de deux millions d’hectares irrigués. Cette directive émane du ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui, depuis la wilaya de Chlef où il était hier en visite de travail. Cet objectif va servir selon le ministre à augmenter la productivité et aller vers l'exportation. Il convient de rappeler que la superficie irriguée actuellement est estimée  à 1,2 millions d’hectares. Il faudra donc la faire passer  à 2 millions d’hectares «si l’on veut atteindre l’autosuffisance dans un grand nombre de produits agricoles et d'augmenter les exportations agricoles», a indiqué Abdelkader Bouazgui. «Le gouvernement va veiller sur ce programme et nous allons travailler pour que ce soit une priorité nationale», ajoutera-t-il. Le ministre a relevé, à titre d'exemple, que la surface irriguée à Chlef ne dépassait pas les 13% alors que la superficie agricole dans cette wilaya est estimée à 200 000 hectares exploitables. Cette carence est du au fait que depuis 2001 jusqu'à récemment, il était interdit de réaliser des forages à Chlef, ce qui a empêché cette wilaya d'atteindre ses objectifs en matière d'irrigation. Pour ce faire le wali a décidé récemment de lever cette interdiction en octroyant des autorisations de forage, ce qui permettra d'augmenter la superficie irriguée de 5 000 hectares d'ici à 2019. Le ministre a insisté sur la nécessité d'augmenter la surface irriguée particulièrement dans la filière céréalière pour augmenter ses rendements, d'autant plus que les exploitations menées en irrigué ont réussi à obtenir des rendements supérieurs à 60 quintaux/ hectares. Interrogé sur les prévisions de production pour la campagne céréalière 2016-2017, le ministre a estimé que la récolte serait meilleure comparativement à la saison précédente. Concernant la filière lait, il a jugé que les quantités de lait cru collectées annuellement (900 millions de litres) étaient insuffisantes. «Si l'on veut réduire les importations (de poudre de lait), on doit faire plus d'efforts dans la production et la collecte», a-t-il souligné. Par ailleurs, M. Bouazgui a appelé les opérateurs et les responsables locaux à investir davantage dans les chaines de conditionnement et de stockage des produits agricoles, vu le «grand déficit» enregistré en Algérie dans ce domaine. Il a déploré, à cet égard, le manque d'informations auprès des investisseurs concernant les mesures d'accompagnement et les facilités  accordées par l'Etat. Lors de cette visite, la première depuis sa nomination à la tête du secteur, le ministre a inspecté des projets agricoles dans quatre communes de la wilaya de Chlef dont une plateforme logistique (froid, triage, conditionnement de la production agricole) à Oued Fodda et une exploitation agricole privée à Labiod Medjadja, où il a procédé au lancement de la campagne moisson-battage. A Ouled Fares, le ministre a procédé à la mise en service d'une station de traitement de la semence de la céréale et à la distribution de matériels agricoles à des céréaliculteurs. Dans la commune d'El Marsa, il a visité une ferme aquacole privée et a inauguré un marché de gros de poissons. La wilaya de Chlef, classée dixième au niveau nationale en matière de production agricole, est connue notamment pour sa production dans les filières agrumes, arboriculture fruitière, oléiculture, maraichage, tomate industrielle et de la céréaliculture. La valeur de la production agricole dans cette wilaya a atteint 46,8 milliards de dinars en 2016, en hausse de 6,3% sur un an, tandis que le nombre d'emplois dans le secteur agricole est passé de 5 730 en 2000 à plus de 9 000 en 2016.Une wilaya à fort potentiel agricole qu’il est nécessaire de mettre en valeur. 
Z. A./APS

Réactions (0)