INFOS
Evénements | De notre correspondant à Annaba Mohamed Rahmani | 18-06-2017

Un des appareils aurait été saboté

CHU d’Annaba : 3 scanners en panne depuis plus d’un mois

Des centaines de patients attendent depuis plus d’un mois pour pouvoir passer un scanner dans les différentes structures relevant du CHU d’Annaba. En effet, au niveau de l’hôpital Ibn-Rochd, l’établissement de santé le plus important, les deux scanners existant et mis à la disposition du public sont en panne et attendent toujours d’être réparés pour être remis en service. L’un des deux appareils a vraisemblablement fait l’objet d’un sabotage. On a découvert dans le scanner un liquide qui aurait été délibérément déversé par une personne, ce qui a endommagé des pièces importantes et indispensables à son fonctionnement. Le directeur du CHU a porté plainte contre X et une enquête est actuellement menée par la police pour situer les responsabilités et identifier s’il y a lieu les auteurs supposés de cet acte. La réparation du scanner devrait prendre plusieurs jours, peut-être plusieurs semaines, le remplacement des pièces défectueuses n’est pas chose aisée quand on sait que ces pièces ne sont pas disponibles sur le marché national et qu’il faudra donc les importer, en plus du fait qu’il faudrait faire venir des équipes spécialisées pour procéder aux réparations. Les patients qui s’adressent à l’hôpital Ibn-Rochd pour des scanners devront attendre encore longtemps ou alors aller dans les cliniques privées et payer le prix fort pour cet examen médical. Ceux qui ne peuvent pas le faire devront prendre leur mal en patience ou alors se déplacer à Constantine ou Sétif. Au CHU Ibn-Rochd, le scanner en panne depuis des mois devrait normalement être remis en service d’ici deux semaines, «si tout va bien et si on ne découvre pas d’autres pièces défectueuses», nous affirme-t-on. La cause de cette panne est, selon l’administration, la surexploitation de cet appareil qui a déjà permis l’examen de 29 000 patients, une utilisation qui a dépassé les normes admises, ce qui a provoqué cette panne.

En attendant, pour les patients c’est la galère. Ceux qui ont un peu d’argent peuvent plus ou moins s’en sortir en allant se faire examiner dans l’une des nombreuses cliniques privées qui profitent de la situation.

M. R.

Réactions (0)