INFOS
Culture | Par Sihem Bounabi | 08-07-2017

Pour la concrétisation de projets culturels

L’ONDA appelé à plus de soutien financier des artistes

Une des missions de l’Onda consiste à soutenir et à diffuser les créations artistiques par le biais d'aides financières aux auteurs et aux organisateurs d'événements, comme c'est le cas pour de nombreux festivals

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a appelé l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (Onda) à s’impliquer dans la promotion de la culture, engageant ses responsables «à accompagner financièrement les artistes porteurs de projets», rapporte l’APS. Le ministre qui a assisté à une rencontre interne des responsables de l'Office a engagé le directeur général de l’Onda, Sami Bencheikh El Hocine, à «soutenir les établissements culturels en accompagnant financièrement les artistes dans leurs projets culturels». Il a estimé que «les recettes de l’Onda, générées par les redevances sur les œuvres exploitées lui permettent de soutenir les créateurs et promoteurs d’artistes». Depuis 2014, l’Onda engrange annuellement près d’un milliard de dinars au titre des redevances d’exploitation des œuvres artistiques dans les médias, selon les chiffres fournis par l'office.

Interrogé sur l’ouverture du bureau extérieur de l`Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi) à Alger, annoncée pour début 2017, le ministre a dit que les discussions avec l’organisation se poursuivaient, sans donner d'autre indication L`Ompi, domiciliée à Genève en Suisse, est une institution qui regroupe 189 Etats membres. Sa principale mission consiste à protéger les artistes des atteintes à la propriété intellectuelle.

Par ailleurs, le ministre a évoqué la prise en charge médicale des artistes pour des soins en Algérie et à l’étranger et rappelé que celle-ci s’inscrivait parmi les «priorités de son département». À ce sujet, à titre d’exemple, il citera la Dgsn dont «toutes les structures de santé qui en relèvent sont mises à la disposition des artistes».

Pour rappel, lors du 3e Salon national de la créativité, placé sous le slogan «Pour un monde meilleur, créons, innovons» qui s'est clôturé au mois de mai passé, M. Bencheikh avait réitéré le soutien et l’investissement de l’Office pour les artistes et créateurs algériens. Abordant les investissements de l’Onda dans le monde de la culture, Sami Bencheikh avait également annoncé aux médias l'achat par l’Office du Palais El Minzah, situé au niveau de la Basse Casbah, à Alger, en excellent état, cédé pour 17 milliards de centimes. Ce palais où a été emprisonné l'Emir Khaled, en vente par le biais de la justice, a réussi à être récupéré par l’Etat, grâce à une héritière de 17 ans qui avais lancé un SOS pour préserver ce patrimoine national. Le palais abritera, selon l’Onda, le siège la fondation nationale des arts et des lettres au service de la recherche sur le patrimoine culturel et national. Il avait également souligné que l’Onda, en partenariat avec le ministère de la Culture, avait remis a de nombreuses associations et même aux étudiants de l'Ecole supérieure des beaux-arts d'Alger du matériel et des outils pédagogiques.

Il est à noter que la principale ressource de l’Onda provient des dividendes des droits d’auteur. L’Office est un établissement public à caractère industriel et commercial. Il a pour missions la protection des intérêts moraux et matériels des auteurs ou de leurs ayants droit et des titulaires des droits voisins. Cette protection est assurée dans le cadre de la gestion collective ou à travers la simple protection. La protection des œuvres du patrimoine culturel traditionnel et des œuvres nationales tombées dans le domaine public. La protection sociale des auteurs et des artistes interprètes ou exécutants. La promotion culturelle, telle que définie à l’article 4 de l’annexe au décret 05/356. Le second volet de l'activité de l’Onda consiste à soutenir et à diffuser les créations artistiques par le biais d'aides financières aux auteurs (aide à l'écriture et subventions au cinéma) et parfois même aux organisateurs d'événements comme c'est le cas pour de nombreux festivals qui ont réussi à survivre grâce au soutien financier de l’Onda.

S. B./APS

Réactions (0)