INFOS
Sport | Par A. Lemili | 12-07-2017

Colloque sur le marasme du football national

Une échappatoire…sans plus

Citons un modèle de couac administratif dont est à l’origine la LFP ou la FAF, celui des approximations ayant concerné la dernière Coupe d’Algérie, alors qu’il existe tout un règlement sur le sujet




Il est connu que pour faire bonne figure mais aussi dans certains cas hésiter à prendre ses responsabilités le meilleur plus court raccourci pour des responsables serait de se reposer sur une…commission laquelle se repose à son tour sur une stratégie de nature à mettre en place voies, moyens et procédures à même de dégager la…solution.

Au sujet du délitement du football national, la Fédération algérienne qui, pour exister déjà en tant que structure idoine, n’a donc pas besoin de créer une commission quoi que cette éventualité s’est trouvée remplacée par l’organisation d’un colloque dont le but sera de «réfléchir sur le devenir de la discipline et aider à apporter des solutions idoines pour faire sortir le football national du marasme dans lequel il se trouve depuis plusieurs années».

Ce colloque qui devrait se tenir au mois d’octobre prochain serait ouvert aux acteurs du football dont les journalistes a-t-il été noté lors de la conférence de presse donnée par le président de la FAF. Pourquoi un tel remue-ménage et ce colloque et/ou les recommandations qui en résulteront seront-elles enfin cette panacée qui a tellement fait défaut à la discipline depuis près d’une vingtaine d’années ?

Bien entendu, il est logique et légitime que tous les Algériens ne peuvent que souscrire à une rencontre entre spécialistes qui, et se sera le souhait de l’opinion nationale, confrontations d’idées aidant devraient au minimum rappeler que pourtant des soubassements de nature à conforter au mieux le fonctionnement et la gestion du football national existent depuis qu’existe la fédération elle-même et que donc s’il y a marasme, il faudrait en trouver des raisons exogènes qui n’ont rien à voir avec les institutions et les règlements généraux sur lesquelles celle-ci veille ou plutôt gagnerait à veiller. Ce qui n’est plus le cas depuis au moins la vingtaine d’années évoqué et au cours de laquelle l’intrusion d’individus qui n’ont rien à avoir avec le football en ont dévié les principes de fonctionnement.

En effet, est-il besoin de rappeler qu’il suffirait de consulter le site de la Fédération algérienne de football pour y constater la batterie de textes censée régir le fonctionnement du football national : «Règlement des championnats du football professionnel - Règlement des championnats de football amateur - Règlement des championnats des jeunes catégories - Règlement des championnats du football féminin - Règlement de la Coupe d’Algérie - Règlement de l’arbitrage… et nous passerons bien entendu sur les Dispositions réglementaires du football professionnel et amateur régulièrement actualisés, le code de l’antidopage, la demande de surclassement, la liste des interdictions, le programme de surveillance. C’est-à-dire un vade-mecum incomparable qui ferait de n’importe quel individu lambda qui désirerait devenir un spécialiste, un acteur complet de la discipline.

Citons un modèle de couac administratif dont sont à l’origine la LFP ou la FAF, celui des approximations ayant concernée la dernière Coupe d’Algérie alors qu’il existe tout un règlement sur le sujet. Il en est de même pour l’arbitrage et pourtant ces deux évènements ont carrément constitué un abcès de fixation de l’opinion sportive depuis l’entame de la saison.

A quoi rimerait donc un tel colloque si ce n’est qu’à faire se rencontrer des gens autour d’agapes, alors que le football constitue quand même une passion qui déchaîne des millions de supporteurs qui risquent pourtant de se retrouver ou de retrouver l’objet de leur passion livré aux habituels atermoiements une fois passé l’euphorie dudit colloque.

A. L.

Réactions (0)