INFOS
Culture | De notre correspondant à Annaba Mohamed Rahmani | 13-07-2017

Selon un artiste de Annaba

Internet, un manager muet et un tremplin

Un simple clic et le monde défile sous vos yeux, une véritable mine d’informations dans tous les domaines. Internet est assurément l’une des inventions les plus importantes que l’homme ait jamais créées, elle a tout révolutionné, relations, rapports humains, accès à l’information en live, la censure n’a plus de prise. Tout a changé est le monde est devenu tout petit, assimilé à un grand village. Achats, ventes, visites virtuelles de sites, de musées, téléchargement de musiques, de films, de documentaires, bref tout ce qui existe est dans cet univers virtuel. La Toile est devenue au fil des ans le support idéal pour la communication sous toutes ses formes et sous ses différentes expressions. L’internet est aujourd’hui l’espace d’expression libre par excellence investi par les hommes politiques, par les artistes, les écrivains, ou les internautes simples citoyens qui surfent chaque jour passant parfois des heures sur leurs PC ou Smartphones, une autre invention qui a encore renforcé cette liberté. Et donc les artistes conscients de cette emprise que la Toile a sur l’individu se sont engouffrés dans cet espace aussi vaste que le monde pour présenter leurs œuvres et juger, selon les commentaires ou le nombre de vues, de son audience ou son impact. Des tubes ont été créés par l’internet via Youtube, qui a conquis des millions d’internautes qui consultent chaque jour ce support. Des tubes qui ont ouvert toutes grandes les portes des grandes chaînes de télévision jusque-là fermées pour ces artistes, qui ont su exploiter ce filon et sont devenus célèbres juste en mettant en ligne leurs œuvres. Une réussite qui n’a pas pris trop de temps et qui n’a pas eu besoin des services d’un quelconque manager pour booster une carrière en introduisant l’artiste dans un milieu contrôlé généralement par des lobbies exigeants et qui ont brisé pas mal de destins de jeunes chanteurs, musiciens, peintres ou acteurs. Cette opportunité offerte par la Toile, qui est ouverte à tous, a encouragé des jeunes à l’investir pour s’adresser directement à un public le plus large possible sans intermédiaires, sans rendez-vous, sans casting, enfin tout le circuit classique pour, après bien des années, devenir une star de la chanson, un musicien célèbre ou un peintre reconnu. Nos jeunes artistes abandonnés à leur sort, se débrouillant comme ils peuvent, dépourvus de moyens et sans aide aucune de la part des institutions dédiées à la culture, se sont eux aussi essayés à ce moyen et font de leur mieux pour attirer les internautes. Certains font dans la parodie de grands films et arrivent à intéresser, pour d’autres c’est l’humour, cet humour tout algérien qui force le rire à gorge déployée et il faut dire qu’ils réussissent. Un Robert de Niro dans toute sa splendeur parlant arabe algérien, Une parodie d’Adolf Hitler en colère pour un match, la fameuse série Game Of Thrones tournée en dérision pour parler de la défaite de l’équipe nationale à la dernière coupe d’Afrique des nations, pour libérer sa colère et qui fait rire aux larmes, sont autant d’œuvres qui ont été suivies par des centaines de milliers d’Algériens qui trouvent là une bouffée d’oxygène pour rire de tout, même de la défaite; et il faut dire que ces «détourneurs» sont forts. D’autres plus sérieux mettent en ligne leurs œuvres, des tableaux, des calligraphies, des portraits, des sculptures pour se faire connaitre du public et ainsi se constituer une clientèle intéressée par leurs travaux. Aziez Belabidi, sculpteur, Mossadek Zerrougui, artiste-peintre, Chérif Chaalane, portraitiste, ont investi la Toile et ont plus ou moins réussi à vendre quelques-unes de leurs œuvres. «C’est déjà ça, nous confie Aziez, je n’ai jamais autant vendu de sculptures que sur internet, et je compte continuer car cela m’a permis de me faire connaître en l’espace de deux ans, ce qui n’était pas possible avant malgré ma participation à différents festivals ou semaines culturelles. Internet est devenu pour moi mon manager muet, mon amie, mon tremplin pour réussir.»

M. R.

Réactions (0)