INFOS
Evénements | | 17-07-2017

Al Sarraj dénonce l’immixtion dans les affaires libyennes

Libye : appel au respect de la souveraineté

Le président du Conseil présidentiel du Gouvernement libyen d'union nationale, Fayez Al Sarraj, a appelé au respect de la souveraineté de son pays. «Nous avons traité de manière équilibrée avec beaucoup de pays. Nous ne sommes pas otages de l'étranger», a affirmé M. Al Sarraj dans une allocution adressée au peuple libyen.

Le président du Conseil présidentiel du Gouvernement libyen d'union nationale, Fayez Al Sarraj, a appelé au respect de la souveraineté de son pays. «Nous avons traité de manière équilibrée avec beaucoup de pays. Nous ne sommes pas otages de l'étranger», a affirmé M. Al Sarraj dans une allocution adressée au peuple libyen. «Nous disons aux parties qui s'immiscent négativement dans nos affaires : levez vos mains de la Libye. Nous avons précisé que la demande d'aide pour la reconstruction du pays et la lutte contre le terrorisme n'est pas une demande d'ingérence ni une violation de la souveraineté. Lorsque nous nous unissons et respectons notre peuple et sa dignité, et œuvrons au développement de notre pays, le monde nous respectera et la souveraineté se réalisera», a-t-il précisé. M. Al Sarraj a estimé que la question sécuritaire figure parmi les dossiers les plus épineux dans ce contexte marqué par une «présence de groupes armés sous diverses formes et appellations outre le danger que constitue la prolifération des armes». Le président du Conseil présidentiel libyen a porté la responsabilité des évènements qui surviennent dans le pays aux parties politiques, soulignant que «la crise s'est aggravée, car notre attention étant focalisé sur les désaccords entre les enfants de ce peuple, la course pour le pouvoir éphémère et les tentatives visant à monopoliser des ressources de l'Etat». Par ailleurs, M. Al Sarraj a proposé une feuille de route pour la prochaine étape visant à faire sortir la Libye de la crise conformément à l'accord politique et comprenant l'organisation d'élections présidentielles et législatives en mars 2018. La feuille de route comprend un appel à l'organisation d'élections présidentielle et parlementaires en mars 2018  pour élire un chef d'Etat et un nouveau Parlement pour un mandant de trois ans au maximum. Il a également proposé la poursuite de l'application de l'accord politique et le maintien du gouvernement d'union nationale en attendant la nomination par le chef d'Etat élu d'un nouveau chef du gouvernement et l'approbation de son gouvernement par le Parlement. M. Al Sarraj a affirmé que «le Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale n'est pas partie au conflit» et n’apporte son appui à aucune partie au détriment d'une autre. Il a également appelé au retour des réfugiés et émigrés et à l'unification des rangs dans le cadre d'une véritable union nationale, insistant sur l'impératif de respecter le principe de séparation des pouvoirs et d'alternance pacifique au pouvoir, relancer les mécanismes de la justice transitionnelle, réparer les dommages et de réaliser l'amnistie générale et partant une réconciliation nationale inclusive. M. Al Sarraj a souligné l'importance de préserver les ressources nationales et les institutions économiques et financières de l'Etat, en assurant «une distribution équitable des ressources entre Libyens».

Réactions (0)