INFOS
Evénements | Par Bahia Aliouche | 17-07-2017

A l’occasion de l’installation du nouveau président de l’ALNAFT

Guitouni appelle à la valorisation du domaine minier

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a installé, hier Arezki Hocini au poste de président du Comité directoire de l'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft). Avant cette nomination, M. Hocini occupait le poste de président par intérim d'Alnaft depuis le 23 mars 2017 en remplacement de Sid Ali Betata

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a installé, hier Arezki Hocini au poste de président du Comité directoire de l'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft). Avant cette nomination, M. Hocini occupait le poste de président par intérim d'Alnaft depuis le 23 mars 2017 en remplacement de Sid Ali Betata. Lors de la cérémonie d'installation, M. Hocini s'est dit «très conscient du rôle important» de l'Alnaft pour le développement du secteur de l'énergie. A ce propos, il a soutenu que cette Agence, en collaboration avec Sonatrach, s'attèlera à améliorer le processus de valorisation du domaine minier et de mettre en œuvre toutes les dispositions nécessaires afin d'attirer davantage d'investissements.

Selon lui, la conjoncture économique actuelle nécessite l'impulsion d'une «nouvelle dynamique» dans la mise en œuvre de la politique énergétique dans l'amont pétrolier, en ajoutant que dans l'objectif de valoriser le domaine et d'attirer plus d'investissements, l’Alnaft «conduira des études, dont deux sont en cours, pour mieux connaître les potentialités des régions du Nord et des bassins du Sud».

Pour sa part, le ministre de l'Energie a appelé les cadres de l’Alnaft à améliorer substantiellement les processus de valorisation du domaine minier national et de mette en œuvre les dispositions nécessaires à même de promouvoir et d'attirer davantage les investissements dans la recherche, la production et l'exploitation des hydrocarbures en Algérie.

Signalons que le pays possède un potentiel géologique intéressant pour l'investissement et le partenariat visant l’exploration minière, le développement et la production de certaines substances minérales. Ce potentiel qui concerne le pétrole, le gaz et le condensat se situe notamment au niveau des bassins du Sahara central et du sud-ouest algérien, sans compter les nombreuses opportunités au nord du pays. Néanmoins, le domaine minier reste largement sous-exploité. Avec une faible densité de forage comparativement à la moyenne internationale, il n'est couvert qu'à hauteur de 40%. C'est pourquoi l'intensification de l'effort d'exploration et le développement des découvertes déjà réalisées, ont été inscrits comme actions importantes dans le programme de la politique énergétique du pays en matière d'hydrocarbures.

En 2013, les pouvoirs publics ont décidé d'adapter le cadre légal pour inciter les compagnies pétrolières à investir dans la prospection. Les derniers amendements apportés à la loi sur les hydrocarbures offrent davantage de flexibilité et d'incitation aux opérateurs et améliorent le contexte dans lequel les opérations pétrolières sont menées. Parmi ces changements, les compagnies auront la possibilité d'évaluer le potentiel des zones frontières ou peu explorées avec un engagement minimum en termes de travaux et de budget. Elles bénéficieront aussi de données existantes et généreront de nouvelles données dans la prospection. Elles peuvent investir seules ou en consortium et ne paieront pas de taxes durant l'activité prospection. Autres avantages apportés : la durée de la prospection a été portée jusqu'à 4 années, soit deux années renouvelables une seule fois. En outre, les dépenses réalisées durant la phase prospection peuvent être comptabilisées comme dépenses de recherche dans le cas où la compagnie qui a réalisé la prospection obtient un contrat de recherche sur la zone en question.

Né en août 1958, Arezki Hocini est titulaire d'un master en physique de l'Usthb (promotion 1982) et d'un diplôme d'ingénieur en géophysique de l'Institut algérien de pétrole (IAP) de Boumerdès (promotion 1985). Il avait exercé auparavant comme directeur de la banque de données de l'exploration à Sonatrach, puis, successivement, directeur de la division de la banque de données de l’Alnaft, membre de son Comité de direction, et président intérimaire de l’Agence depuis mars dernier avant d'être confirmé à ce poste.

B. A./APS

Réactions (0)