INFOS
Economie | | 24-07-2017

En Bref...

L'Ethiopie compte construire de nouvelles usines de production d'éthanol

La construction de deux nouvelles installations de production d'éthanol, dont le coût est estimé à 1,4 milliard de birr (1 dollar = environ 23 birr), débutera durant l'exercice financier en cours, a annoncé la Société éthiopienne des minéraux, pétrole et biocarburants (Empbc). Les deux des trois usines envisagées pour être construites dans la cadre du deuxième Plan de croissance et de transformation 2015-2020 (GTP- 2) débutera au cours de l'exercice budgétaire actuel, selon le directeur général de l'Empbc (Ethiopian Mineral, Petroleum and Biofuel Corporation), cité par l'Agence de presse éthiopienne ENA. Les usines aideront à générer de l'éthanol à partir de déchets obtenus dans le processus de production de sucre, a-t-il ajouté, soulignant que l'éthanol devra se substituer au pétrole, dont la facture pèse lourd sur l’économie éthiopienne. Selon lui, les usines aideraient à réduire les dépenses en devises étrangères, alors que la consommation de carburant en Ethiopie augmente de 10 à 15% par an. Le responsable a révélé que les nouvelles usines de production d'éthanol avec celles déjà installées autour des usines de sucre Fincha et Metehara, dans l’Etat Oromia (centre), réduiront les importations du benzène de 10%, ajoutant que la construction des nouvelles usines devrait être finalisée en 2019.

 

Les coûts élevés entravent la compétitivité de l'agriculture chinoise

Les coûts élevés de la production de céréales posent un défi à la compétitivité de l'agriculture chinoise, selon un rapport publié par l'Institut du développement rural de l'Académie des sciences sociales de Chine. La hausse rapide des coûts de la main-d'œuvre et des terrains a entraîné une augmentation des prix des produits agricoles chinois à des niveaux proches ou supérieurs à ceux des produits importés, précise le rapport cité par l'agence Chine-Nouvelle. Les entreprises agroalimentaires chinoises perdent du terrain, alors que les produits étrangers gagnent de plus  en plus de parts de marché. Le coût combiné par mu (environ 0,07 hectare) du riz, du blé et du maïs a atteint 1 090 yuans (plus de 160 dollars) en 2015, soit 2,27 fois plus qu'en 2007. Sous l'effet de l'augmentation des coûts, de nombreux producteurs de cultures industrielles, dont le soja et le colza, ont également subi des pertes ou vu leurs bénéfices diminuer. Selon le rapport, ce phénomène a mis en exergue la faible efficacité des opérations agricoles chinoises, et des efforts doivent être déployés pour encourager la mécanisation et améliorer la gestion rurale. En tant que grand producteur et importateur mondial de céréales, la Chine cherche à moderniser son agriculture à travers une réforme structurelle du côté de l'offre pour améliorer sa qualité et son efficacité.

Réactions (0)