INFOS
Culture | Par Rédaction  Culturelle | 26-07-2017

Les soirées musicales des artistes orientaux et algériens ont du succès

Forte affluence du public au Festival arabe de Djemila

L'artiste libanais Wael Jassar a enchanté, dans la nuit de dimanche à lundi, le public avec l’interprétation de ces meilleures œuvres, lors de la 4e  soirée du Festival arabe de Djemila dans sa 13e édition qui se tient sur le site archéologique de l’antique Cuicul.

L'artiste libanais Wael Jassar a enchanté, dans la nuit de dimanche à lundi, le public avec l’interprétation de ces meilleures œuvres, lors de la 4e  soirée du Festival arabe de Djemila dans sa 13e édition qui se tient sur le site archéologique de l’antique Cuicul. L'artiste a entamé son spectacle par la magnifique «Ghariba enas», «ghariba edounia di aâz enas bitghir alina» émerveillant ses fans qui se sont déplacés en grand nombre de plusieurs wilayas du pays, et enchainant durant une heure d’autres chansons à l’instar de «Maoujouê kalbi» et «Jourh El madhi», en communion totale avec le public qui l’a accompagné en fredonnant dans un décor féérique. Puisant dans le répertoire de Abdelhalim Hafedh, l’artiste libanais a interprété au public «Massik El Haoua ya habibi» et «Aouil mara», et parmi ses nouvelles chansons «Istiqualet hobi».

Dans une déclaration à la presse, à la fin de son spectacle, Wael Jassar a vanté les goûts artistiques du public algérien ainsi que le rôle de la presse algérienne, dont il a salué la fidélité et le respect des déclarations, ajoutant que celle-ci n’évoque que les œuvres artistiques de haute facture. Wael Jassar a, par ailleurs, considéré que l’artiste arabe se doit, par les temps qui courent, de présenter aux peuples arabes un message «d’amour et de gaieté», assurant que «la période que traverse certains parmi ces peuples n’est qu'un nuage d’été momentané, d’autant que, le désespoir c’est justement ce que recherchent nos ennemis», rapporte l’APS

Le public venu assisté à cette soirée a également apprécié les rythmes sétifiens avec un bouquet de chansons interprétées par Salah El Eulmi, parmi lesquelles «Bent el batimet», qui a fait vibrer le public.

La prestation de cet artiste a été suivie par celle de Cheb Mourad qui a clôturé la 4e  soirée avec des chansons raï dédiées aux jeunes comme «Chou ghirek habibi» et «haki soualah haki» qui ont beaucoup plu au public au point de réclamer une autre chanson à l’artiste à la fin du spectacle.

La veille, le public ayant assisté à la troisième soirée du Festival de Djemila avait  vécu  un moment de communion avec  l’artiste tunisien Saber Rebai,

A la fin de son spectacle, Saber Rebai a fait part à la presse de sa joie de participer une nouvelle fois à ce festival et de retrouver le public avec lequel il a noué, selon lui, une relation spirituelle.

A cette occasion, Saber Rebai a confié qu’il est en voie de préparer des chansons du patrimoine algérien et tunisien spécialement pour le public de Djemila, sans omettre de faire l’éloge du festival qu’il considère en «constante amélioration».

De son côté, l’ambassadeur de la chanson sahraoui, le vétéran Abdallah Menai a comblé le public avec trois chansons du patrimoine sahraoui, «Ya li t’habouna», «Ala wald el khala» et «Ya Ghania ma nahasbek khaouana», sous les youyous des Sétifiennes, au point où le chanteur en a redemandé.

Organisé par l'Office national de l'information et de la communication (Onci), la 13e édition du Festival arabe de Djemila se poursuit avec la participation d’autres stars arabes et algériennes. 

 R. C.

Réactions (0)