INFOS
Culture | De notre correspondant à Constantine A. Lemili | 27-07-2017

La caravane artistique d’été de l’ONCI

Un mirage au Khroub

Les ministères de la Culture, et de la Jeunesse et des sports s’évertuent durant la période estivale d’apporter de la fraicheur aux populations, et plus particulièrement aux jeunes et aux familles, par la mise en place de divers programmes dont le but est de rendre moins lourdes à supporter les journées, voire les nuits, caniculaires.

Les ministères de la Culture, et de la Jeunesse et des sports s’évertuent durant la période estivale d’apporter de la fraicheur aux populations, et plus particulièrement aux jeunes et aux familles, par la mise en place de divers programmes dont le but est de rendre moins lourdes à supporter les journées, voire les nuits, caniculaires. En ce qui concerne le département de Mihoubi et par délégation, l’Office national de la culture et de l’information (Onci) s’était engagé sur l’organisation de soirées artistiques et musicales à travers l’ensemble du territoire national, et pour ne pas laisser en rade celles supposées essentiellement visées, à savoir les villes moyennes mais à forte densité de population, l’Office en question a fait le choix de lancer sur les routes ce qui a été nommé la «Caravane d’été». Ainsi, dimanche dernier, la caravane est arrivée à la wilaya de Constantine et plus précisément dans la ville du Khroub, avec dans sa soute un important matériel musical et dans le bus un important groupe de musiciens, accessoiristes et autres techniciens. La troupe devait donner un concert à partir de 15h, ce qui, somme toute, était incongrue compte tenu des 41° (à l’ombre) que distillait dehors l’astre solaire. S’il y avait peu de chances qu’il puisse se trouver âme qui vive dehors, autre que des personnes obligées d’y être pour des raisons précises, les responsables de l’Onci ont également réussi la performance de n’en informer leur vis-à-vis, c’est-à-dire la commune du Khroub, que quelques heures avant le début du spectacle. En tout état de cause, les plus gênés parmi les responsables demeuraient évidemment ceux de la commune concernée, et quand l’heur nous a été donnée de les approcher autant dire qu’ils étaient littéralement transis de déception, voire de honte, comme si ce couac leur était imputable alors que ce n’était justement pas le cas. Du coup, autant l’Assemblée populaire communale (APC) réputée pourtant très réactive, pour peu qu’il s’agisse de répondre à une activité artistique destinée à ses habitants, que l’Office des sports, culture, loisirs et tourisme (Oscult), bras exécuteur de la politique communale, ne disposaient d’assez de temps pour pouvoir en informer la population et, si tant est que la moindre tentative était faite en ce sens, elle n’était vouée qu’à l’échec compte tenu des conditions climatiques qui prévalaient d’abord, mais également de celles (conditions) d’organisation, notamment sur le plan sécuritaire à même de garantir le bon déroulement de l’évènement. Et, comme dans l’univers cinématographique cher à Fellini, l’orchestre est quand même monté sur scène, ses musiciens ajustant leurs accords, le responsable de la sonorisation les siens, les chanteuses et chanteurs qui devaient défiler au micro tentant, en ce qui les concernent, d’avoir un bon retour d’écho ont donc entrepris quelques vocalises pour qu’enfin, près d’une heure plus tard, ne voyant personne se manifester, remballer leur matériel pour les musiciens, démonter la sonorisation pour le technicien et repartir dans les coulisses pour les chanteuses et chanteurs et vocaliser pour leur seul plaisir personnel. Ce qui est grave, au demeurant, c’est que quoiqu’il arrive l’Office national de la culture et de l’information «couchera» noir sur blanc dans son rapport d’activité l’organisation d’un spectacle qui n’a jamais eu lieu, que les prestataires seront payés, et pour cause, n’ont-ils pas répondu «présent» !?, alors que les jeunes ou le public khroubi ne sauront jamais ce qui s’est passé. Et, enfin, en constat final et général, il sera décidé la répétition pour la saison prochaine d’un programme qui a fonctionné à 100%.

A. L.

Réactions (0)